Catégories
The Guitar Division The Guitar Division

Guitare Xtreme Magazine numéro 114

Réf. GXT 114Fabriqué par : Editions BGO
Guitare Xtreme Magazine numéro 114 6,90 €
Ajouter au panier Expédition prévue sous 3 jours ouvrés
En stock
Lifestyle Editions BGO - Guitare Xtreme Magazine numéro 114 - Culture Guitare Xtreme Magazine numéro 114 6,90 €
Fabrication Produit fabriqué en France
« Il n’y a pas de règle absolue en musique », dit John Scofield dans l’interview que vous trouverez dans ce numéro. Il y a des pentes plus ou moins douces à suivre, sans doute, des chemins plus courts que d’autres, à la rigueur, des statistiques oui, mais des règles, pas exactement.

« Il n’y a pas de règle absolue en musique », dit John Scofield dans l’interview que vous trouverez dans ce numéro. Il y a des pentes plus ou moins douces à suivre, sans doute, des chemins plus courts que d’autres, à la rigueur, des statistiques oui, mais des règles, pas exactement.
Pourquoi n’avons-nous pas plus de femmes dans nos colonnes ? Sans doute parce qu’il y en a moins que d’hommes en activité, la faute d’ailleurs à un manque de femmes médiatisées guitare à la main, ce qui déclenche moins de vocations, la boucle est sans fin. Pourtant, nous ne manquons jamais l’occasion de parler d’une femme talentueuse, puisque le chromosome Y n’est définitivement pas un gage de qualité. Nous n’avons pas pu résister, quand l’opportunité s’est présentée, de mettre Orianthi en couverture, elle qui a obtenu par le passé un des postes les plus convoités de la planète aux côtés de Michael Jackson. Nombreuses sont les femmes qui ont porté haut et fort l’étendard de la six-cordes, comme Lzzy Hale du groupe Halestorm, ambassadrice de Gibson interviewée dans ce numéro, et qui fête la sortie de sa troisième guitare signature. Bonnie Raitt, Susan Tedeschi, Lita Ford, la liste est longue, mais les femmes dans la musique restent sous-représentées. À nous, très certainement, d’ouvrir plus largement nos pages et, même si nous pensons faire ce qui est nécessaire, nous manquons certainement encore d’imagination à ce sujet.
En attendant, nous avons ce mois-ci la confirmation que les statistiques sont faites pour être démenties et qu’il arrive parfois de petits miracles, comme l’apparition, aux portes de Paris, d’une Gibson Les Paul Burst de 1960 qui n’était pas sortie de l’étui depuis 1968. Nous avons pu assister à l’expertise et cela valait le coup ! Pour ceux qui n’ont pas les quelques centaines de milliers d’euros nécessaires à son acquisition, nous avons également testé des instruments bien plus récents, mais tout aussi sexy, ainsi que six pédales bien senties, fabriquées en France, alors qu’on ne jurait que par le matériel américain il y a encore dix ans. Vraiment, il n’y a pas de règles.

Vous pourriez également être interessé par