Catégories
The Guitar Division The Guitar Division

Guitare Xtreme Magazine numéro 125

Réf. GXT 125Fabriqué par : Editions BGO
Guitare Xtreme Magazine numéro 125 7,90 €
Ajouter au panier Expédié à partir du 20/06/2024
En stock Expédié à partir du 20/06/2024
Lifestyle Editions BGO - Guitare Xtreme Magazine numéro 125 - Culture Guitare Xtreme Magazine numéro 125 7,90 €
ship Livraison à partir de 1,50 €
Fabrication Produit fabriqué en France
Il est difficile d'imaginer qu'en 1983, le blues rock avait quasiment sombré dans les marécages de l'oubli. À vrai dire, un simple coup d'œil à la liste des albyms sortis cette année-là suffit pour comprendre que les musiciens ne jouant pas de synth pop, d'AOR ou de glam metal étaient condamnés à disparaître, ou au mieux à subsister...

Il est difficile d'imaginer qu'en 1983, le blues rock avait quasiment sombré dans les marécages de l'oubli. À vrai dire, un simple coup d'œil à la liste des albyms sortis cette année-là suffit pour comprendre que les musiciens ne jouant pas de synth pop, d'AOR ou de glam metal étaient condamnés à disparaître, ou au mieux à subsister. Même pour les grosses locomotives usinant un rock à haute teneur en blues, les temps sont difficiles (AC/DC fera un bide retentissant à Bercy et à la Halle Tony Garnier de Lyon lors de son Flick of the Switch Tour). Le son organique d’une simple guitare attaquant un ampli à lampes n’est plus vraiment dans l’air du temps, même si Eddie Van Halen n’a pas encore cédé à l’appel des armoires remplies de racks. En territoire texan, en revanche, le blues rock contient l’hémorragie et fait de la résistance avec une scène locale foisonnante « administrée » par un réseau de brillants musiciens, dont les frangins Vaughan, Jimmie et Stevie Ray. Lorsque ce dernier sort son premier album Texas Flood, le son de sa Strat « Number One » branchée dans un vieux Vibroverb à balle est déjà dans toutes les oreilles puisque David Bowie, véritable dénicheur de talents, avait eu le nez creux en l’invitant à assurer la guitare solo sur son nouvel album, et que le hit « Let’s Dance » tourne en rotation lourde sur toutes les radios du monde depuis deux mois. Un sacré concours de circonstances. Avec Texas Flood, Stevie Ray initie une résurrection du blues et du son authentique, mission qu’il servira jusqu’à sa mort prématurée en 1990. Guitare Xtreme rend hommage à cette étoile filante, sans laquelle Joe Bonamassa, Kenny Wayne Shepherd, Jonny Lang et John Mayer auraient sans doute suivi des trajectoires bien différentes.
Nous vous souhaitons une excellente lecture et un été plein de bonnes vibes !

La rédac’

Vous pourriez également être interessé par